Le graphène au service du sommeil

Le graphène est un matériau artificiel issu du graphite (dont on fait les mines de crayons) qui est composé d’une seule couche d’atomes. C’est une découverte des physiciens anglais Andre Geim et Konstantin Novoselov qui ont reçu le prix Nobel 2010 pour ces travaux.

Les propriété de ce matériau innovant sont nombreuses : grande résistance mécanique (200x supérieure à l’acier), très bonne conductivité électrique, stabilité, résistance thermique.

Ce sont donc ses capacités à évacuer les charges électriques et la chaleur qui ont fait s’y intéresser les fabricants de literie. On retrouve aujourd’hui dans la composition des coutils de matelas (enveloppe en tissu) des particules de graphène qui vont améliorer le sommeil en déchargeant l’électricité statique du corps générée par les mouvements durant la nuit. Les mousses viscoélastique étant réputées pour accumuler la chaleur, le graphène va permettre également d’évacuer cette chaleur qui peut être désagréable.

visco graphene

C’est donc une vraie amélioration de la qualité du repos qu’apporte ce matériau innovant qui va très certainement se démocratiser dans les prochaines années. On trouve des matelas disposant de graphène chez le fabricant Naturalex par exemple.

Sommeil : attention aux somnifères

Insomnies et micro-réveils, syndromes des jambes sans repos ou d’apnée du sommeil, ce sont près d’un tier des français qui déclarent souffrir d’un mauvais sommeil, en particulier les personnes âgées de 45 à 65 ans et plus. C’est un problème de santé publique important, les médecins généralistes sont souvent consultés pour ces troubles car au delà de l’inconfort, une insomnie récurrente augmente les risques liés au diabète, entraine des problèmes d’attention et de concentration au travail ou sur la route et peuvent déboucher sur une dépression. C’est la qualité de vie de manière générale qui en est affectée.

De plus, la durée de repos a réduit durant le dernier siècle au point de devenir aujourd’hui insuffisante pour récupérer 100% de nos capacités physiques et mentales. Pour les plus jeunes, le sommeil est indispensable à la croissance mais aussi à l’apprentissage et au bon fonctionnement du système immunitaire. Comme nous l’avons vu dans un précédent article, bien étudier c’est aussi bien dormir.

Pour lutter contre ces troubles nocturnes, la médecine répond essentiellement par la prise de somnifères qui s’appuient sur les benzodiazépines et dérivés et ce n’est pas sans conséquences. En effet, il est prouvé qu’une utilisation régulière et prolongée de somnifères accroit les risques de développer la maladie d’Alzheimer, sachant que plus d’un tiers des personnes âgées en consomment.

Pourtant, les alternatives à la chimie existent à commencer par une bonne hygiène de vie : activité physique quotidienne, alimentation saine et légère le soir, éviter café ou thé, tabac, alcool et boissons énergisantes après 18h00 et essayer de garder un horaire fixe pour aller se coucher. S’équiper d’un matelas adapté, plutôt ferme (futon ou à mémoire de forme), est également une façon non négligeable d’améliorer la qualité de son sommeil.

Il existe du côté de la médecine dite douce ou naturelle des réponses efficaces aux troubles du sommeil : la pratique du Yoga ou du Tai Chi Chuan, des séances de sophrologie, de psychanalyse ou encore le recours aux huiles essentielles.

L’aromathérapie contre l’insomnie

Il existe plusieurs huiles essentielles qui, combinées, favorise l’endormissement, on parle de synergie. Préparer un mélange de 1 dose de marjolaine à coquille, 1 dose de lavande fine, 1 dose de mandarine et 3 doses de noisette (1 dose = 1 goute ou 1 ml suivant le besoin). Appliquer quatre ou cinq goutes sur le plexus solaire en massant doucement une demi heure avant d’aller se coucher.

On peut enfin assister à des conférences comme celles de Clémence Peix Lavallée qui est sophrologue spécialisée dans le stress, l’équilibre et le sommeil et qui propose des solutions sans faire appel aux médicaments.